apnée du sommeil sévère : comment soigner et prévenir ce syndrome ?

Si vous remarquez depuis un certain temps que, même après avoir dormi un nombre d’heures suffisant, vous êtes constamment fatigué et rencontrez des problèmes respiratoires qui vous réveillent à plusieurs reprises pendant la nuit, il est possible que vous soyez atteint du syndrome d'apnée du sommeil. Ce trouble du sommeil peut varier en termes de gravité et se produit généralement sans que vous en soyez conscient. 
16 Juil. 2023
Romane
Temps de lecture : 6 minutes

L'apnée du sommeil vous empêche de bénéficier d'un sommeil réparateur et, dans certains cas, affecte grandement votre qualité de vie. Vous vous demandez alors comment aborder ce problème et surtout, comment traiter l'apnée du sommeil efficacement ? Bien qu’il existe des traitements médicaux pour soigner l’apnée du sommeil, quelques gestes simples peuvent vous aider à retrouver un sommeil de meilleure qualité.

L’apnée du sommeil, qu’est-ce que c’est ?

Aussi connue sous le nom de syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS), l'apnée est un trouble du sommeil qui se caractérise par des pauses respiratoires intermittentes. Ces dernières sont provoquées par une obstruction et un rétrécissement des voies respiratoires. Pendant des périodes allant de 10 secondes à 1 minute, le patient cesse de respirer. En effet, lorsque les muscles de la gorge se relâchent et que la langue ou les amygdales sont de taille importante, cela peut entraver la circulation de l'air à travers le pharynx.

Selon les données fournies par l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale), l'incidence du syndrome d'apnées du sommeil augmente progressivement avec l'âge chez les adultes. Environ 7,9 % des personnes âgées de 20 à 44 ans, 19,7 % des personnes âgées de 45 à 64 ans et 30,5 % des personnes de plus de 65 ans seraient touchées par ce syndrome.

L’apnée du sommeil est parfois confondue avec l’hypopnée. En effet, ces deux pathologies ont de nombreux points communs. Il s’agit d’un trouble du sommeil qui implique seulement une obstruction partielle des voies aériennes et une diminution du flux respiratoire. Toutefois, l'hypopnée du sommeil entraîne des symptômes très similaires à ceux de l’apnée du sommeil.

Quels sont les symptômes de l’apnée du sommeil ?

Les symptômes les plus fréquents de l'apnée du sommeil sont les ronflements, rapportés par l'entourage, ainsi que les réveils répétés au cours de la nuit. Bien que tous les individus qui ronflent ne soient pas forcément atteints d'apnée du sommeil, il est vrai que bon nombre de personnes atteintes d'apnée du sommeil sont également des ronfleurs.

Mis à part ces les ronflements et les réveils nocturnes, les symptômes de l’apnée du sommeil impliquent :

  • Une transpiration excessive au cours de la nuit ;
  • Une sensation d'étouffement et une oppression au niveau de la cage thoracique ;
  • De la fatigue et une somnolence tout au long de la journée ;
  • Des maux de tête et de l’irritabilité liés au manque de sommeil.

Naturellement, l’ampleur des symptômes dépend de la sévérité de l’apnée du sommeil. Plus les apnées sont fréquentes, plus vous risquez d’en ressentir les effets.

🧑‍⚕️Note : Si les apnées du sommeil ne sont pas traitées à temps, elles peuvent avoir des conséquences néfastes sur la santé. Elles peuvent provoquer des troubles cardio-vasculaires graves, une diminution de la saturation en oxygène, une sensation d'étouffement à la poitrine ou encore une augmentation de la pression artérielle. De plus, les personnes souffrant d'apnée du sommeil sévère encourent un risque accru de développer un cancer.

Comment déterminer la sévérité d'une apnée obstructive ?

Le stade de sévérité de ce trouble obstructif est défini en fonction du nombre d’apnées par heure de sommeil, ainsi :

  • Entre 5 et 15, l’apnée du sommeil est dite légère ;
  • Entre 16 et 30, l’apnée est dite modérée ;
  • Plus de 30, l’apnée est sévère.

En suivant un traitement adapté, la sévérité de l’apnée du sommeil peut diminuer jusqu’à ce que la maladie soit entièrement contrôlée. Naturellement, seul un médecin peut déterminer le stade de l’apnée du sommeil en réalisant les examens adéquats.

Quand faut-il consulter un médecin en cas d'apnée du sommeil ?

Si vous pensez souffrir de troubles respiratoires pendant votre sommeil, n’attendez pas pour consulter votre médecin et prévoir un diagnostic d'apnée du sommeil. En effet, il existe des méthodes très efficaces qui permettront à la médecine du sommeil de déterminer si vous êtes atteint d’apnée du sommeil et, si oui, à quel stade de sévérité.

Pour ce faire, l’enregistrement du sommeil est la seule méthode fonctionnelle. Une polygraphie pourra vous être prescrite. Réalisée à domicile, elle permettra à un médecin spécialiste de dépister les éventuels troubles du sommeil.

Si nécessaire, une polysomnographie sera préconisée afin d’étudier votre sommeil plus en détail. Cet examen se fait dans un centre du sommeil ou dans un hôpital et nécessite de passer la nuit sur place. Une fois l’examen réalisé, le médecin pourra déterminer si vous faites de l’apnée du sommeil et à quel degré, afin de savoir quel traitement entamer.

Quels sont les traitements de l’apnée du sommeil sévère ?

La Haute autorité de santé propose deux traitements distincts pour les apnées modérées à sévères. Tous deux sont prescrits et remboursés par l'Assurance maladie.

Le premier traitement est l'orthèse d'avancée mandibulaire (OAM), qui recommandé pour les apnées modérées (avec un index d'apnées/hypopnées entre 16 et 30), sans complications cardiovasculaires graves. Cette gouttière, personnalisée pour chaque patient, maintient la mâchoire inférieure en position avancée. Elle empêche ainsi le recul de la langue pendant le sommeil.

Lors d’une apnée à degré sévère, le choix se porte vers la thérapie CPAP ou PPC (ventilation à pression positive continue). Elle est recommandée pour les apnées du sommeil sévères (indice d'apnées/hypopnées supérieur à 30) ou modérées avec des problèmes cardiovasculaires graves. Elle consiste à porter un masque spécifique, raccordé à un appareil générateur de débit. Celui-ci pousse continuellement de l'air dans le nez et la gorge. Le jet d’air provoque une pression afin de maintenir les voies respiratoires ouvertes, tout en les empêchant de s’affaisser.

La thérapie CPAP fonctionne pour l’apnée du sommeil sévère, mais également pour les formes plus légères. C’est pourquoi elle constitue aujourd’hui le traitement le plus efficace pour soigner le syndrome d'apnée obstructive du sommeil.

Enfin, la chirurgie est envisagée qu'en cas d'échec des autres traitements. Elle est principalement réservée à des cas particuliers.

Quelles sont les habitudes à prendre pour prévenir l’apnée du sommeil ?

Quel que soit le degré du syndrome d'apnées du sommeil, il est recommandé de mettre en place certaines habitudes pour le contrôler. Si vous cherchez justement des solutions naturelles pour réduire votre apnée et améliorer vos nuits, vous êtes au bon endroit. Découvrez quelques astuces à intégrer dans votre routine quotidienne pour favoriser un sommeil de meilleure qualité.

Dormir sur le côté

Premièrement, il est préférable de dormir sur le côté, plutôt que sur le dos, pour favoriser la respiration. Malgré qu'elle soit souvent considérée comme la position de sommeil idéale, la position dorsale n'est pas recommandée chez les personnes atteintes d’apnée du sommeil. Le fait de dormir sur le dos attire la langue et le voile du palais vers le bas, ce qui entraîne un rétrécissement maximal des voies respiratoires.

Adopter pour la position latérale peut ainsi être bénéfique pour diminuer les épisodes d'apnée du sommeil. Si vous avez tendance à vous retourner sur le dos pendant votre sommeil, il existe des pyjamas spécialement conçus avec une balle cousue dans le dos. Ces derniers vous empêcheront de vous retrouver sur le dos pendant la nuit.

Placer un oreiller entre les genoux

Pour bien dormir en position latérale, vous pouvez positionner un oreiller entre vos genoux. L'utilisation de cet oreiller favorise une meilleure ouverture des voies respiratoires et le passage de l'air. Elle contribue donc à réduire les interruptions de la respiration pendant le sommeil.

En plus de réduire les risques d'apnée du sommeil, cette astuce aide à maintenir l'alignement de votre colonne vertébrale. Ainsi, au réveil, vous serez moins susceptible de ressentir des douleurs au niveau de la nuque et du dos.

Perdre du poids

Si vous êtes en situation de surpoids ou d'obésité, il est recommandé de perdre quelques kilos pour prévenir ce trouble du sommeil. En effet, une perte de poids, même minime, peut influer sur votre capacité à respirer. L'accumulation excessive de graisse autour du cou exerce une compression sur les voies respiratoires supérieures, entraînant une réduction du flux d'air. Cela peut perturber le contrôle de la respiration et conduire à des épisodes d'apnée centrale du sommeil.

Ainsi, prenez conseil auprès de votre médecin et adoptez un régime alimentaire sain pour optimiser votre qualité de vie.

Maintenir une activité physique régulière

Il est souvent recommandé aux patients atteints d'apnée obstructive du sommeil de maintenir une activité physique régulière. En générant de la "bonne fatigue" et en favorisant le bien-être général, elle aide à améliorer la qualité du sommeil.

Si vous cherchez à perdre du poids, cette routine vous permettra d'éliminer vos kilos superflus. Elle limitera également le risque de pauses respiratoires pendant votre sommeil.

Eviter le tabac, les produits excitants et les somnifères

Pour prévenir l'apnée du sommeil et les gênes respiratoires, il est important de ne pas consommer de tabac ou de produits excitants (alcool, café, thé, boissons énergisantes...) le soir. Ces derniers perturbent le sommeil et provoquent des réveils nocturnes. L'alcool peut provoquer un relâchement anormal des muscles de la gorge. Le risque d'obstruction des voies respiratoires est donc accru. En ce qui concerne le tabac, l'inhalation de fumée entraîne une altération de la fonction pulmonaire et provoque une gêne respiratoire. Cela est principalement dû à l'inflammation des voies respiratoires et à l'accumulation de mucus dans les poumons.

En cas de sommeil agité, il peut être tentant de recourir à des somnifères pour prévenir les troubles du sommeil. Toutefois, ces médicaments sont à éviter le plus possible, car ils sont considérés comme nocifs. Ils sont connus pour favoriser le relâchement musculaire, y compris celui de la langue, pendant le sommeil. Remplacez-les par des infusions aux plantes apaisantes ! La camomille, la valériane ou encore la passiflore sont des plantes reconnues pour leurs effets décontractants. Boire une infusion chaque soir, 45 minutes avant le coucher, peut être efficace pour mieux dormir.

💡 Important : N'oubliez pas qu’en cas d’apnée du sommeil sévère, aucune méthode naturelle ne remplacera un traitement prescrit par un médecin. En complément de ce dernier, ces habitudes peuvent vous aider à améliorer votre qualité de vie et vos nuits de sommeil.

 

Source images

  • Banque d'images Canva

Que pensez-vous de cet article ?

Partagez votre avis sur les réseaux !
Romane
Après 7 ans d'études en gestion d'entreprise et en marketing, j'ai choisi de me spécialiser dans un domaine qui me passionne : la rédaction spécialisée dans les thématiques santé / beauté. J'ai longtemps souffert de troubles du sommeil dus à un stress chronique. Consciente que nos modes de vie modernes affectent chacun d'entre nous, j'ai décidé de partager les solutions efficaces que j'ai découvertes pour promouvoir le bien-être. On ne le répétera jamais assez, le sommeil est indispensable à notre santé physique et notre santé mentale. Je vous invite donc à consulter mes articles pour retrouver des nuits sereines !
Chroniques du sommeil - 2 matins par semaine dans ta boîte mail

ton rendez-vous gratuit et douillet 2 matins par semaine

2 jours par semaine, on prend le café ensemble pour te parler de l'actualité du sommeil, te donner de nouveaux conseils sommeil, t'informer sur les innovations en matière de sommeil et de bien-être, et bien plus.

articles similaires

crispation de la mâchoire et bruxisme nocturne, quel est ce phénomène ?
Trouble méconnu affectant la mâchoire, le bruxisme est un serrement ou grincement des dents involontaire. Alors que les enfants sont plus…
Lire l’article
xanax 0,25 mg ou 0,5 mg : les effets secondaires derrière ce médicament anxiolytique
Le Xanax est un anxiolytique dont le générique est l'alprazolam. Et, bien que souvent prescrit par les médecins pour réduire…
Lire l’article
bien-être du microbiote intestinal : comment les pré et probiotiques peuvent améliorer le sommeil ?
Le secret d'un sommeil réparateur pourrait se cacher dans notre ventre. Grâce aux avancées scientifiques, une nouvelle piste d'exploration s'ouvre…
Lire l’article
comment surviennent les épisodes de paralysie du sommeil ?
Trouble à la frontière entre le sommeil et l'éveil, la paralysie du sommeil a longtemps alimenté l'imaginaire collectif, donnant naissance…
Lire l’article
1 2 3 11

Soyez les premiers informés des dernières actualités
sur le sommeil 😴

Parce que le sommeil c’est du sérieux.
Abonnez-vous à notre newsletter pour être certain de ne jamais manquer une bonne astuce pour améliorer votre sommeil.

Promis, on n’envoie pas d’emails après 18h.
Logo Blanc
GOODNIGHT.LIFE fournit des informations et des ressources pour permettre aux personnes de prendre des décisions plus avisées en matière de sommeil, afin que vous puissiez dormir sur vos deux oreilles.
annuaires des spécialites
Cliniques du sommeil

Je suis un professionnel de santé
catégories